Espaces autres, partages sensibles, sociétés spectaculaires

Centre d'Études en Civilisations, Langues et Lettres Étrangères

03. Pouvoirs, sociétés, cultures

 

Responsable : Vanessa ALAYRAC-FIELDING

 

L’évolution du nom de l’axe 5 vers « Pouvoirs, sociétés, cultures », en lien avec les champs de recherche de ses membres, a, de fait, anticipé dès 2016 la reconfiguration des axes au sein de l’UR CECILLE, ce qui explique un affichage très net en faveur d’une continuité de projets transnationaux et transculturels. Le regroupement avec les chercheurs spécialisés dans l’étude pratique des religions va en outre insuffler une nouvelle dynamique à l’axe. Les manifestations et travaux s’articulent autour de trois thématiques majeures, voire sous-axes.

 

Subsidiarité et solidarité des territoires (Espaces autres)

 

Comme lors des contrats précédents, la recherche sur les États de l’UE et de la CEI, de l’Ukraine et de la Géorgie, sera axée autour des notions de pouvoir central, pouvoir périphérique, subsidiarité ou solidarité, mais aussi de nation (relecture des histoires nationales dans l’ex-URSS ou en Yougoslavie). L’attente d’expertises est grande en raison de l’actualité brûlante du Brexit, et de la déclaration unilatérale d’indépendance de la Catalogne, par exemple. Des projets d’étude des relations UE-Grande Bretagne, relations franco-anglaises, ou relations franco-allemandes dans la perspective d’une réforme de l’UE par exemple sont attendus. La question de l’Ukraine qui s’impose comme facteur de tensions entre l’UE et la Russie, également.

La question de l’écologie politique permet d’allier les deux thématiques « espaces autres » et « partages sensibles » et constitue un domaine privilégié de la recherche en lien avec la MESHS et des chercheurs de l’axe 1, mais aussi dans une perspective de renforcement de l’adossement de formations à la recherche (Création d’UE d’ouverture au niveau de l’établissement dès la licence, création, depuis 2016, de séminaires spécifiques réguliers destinés aux étudiants de Master LEA, dans le cadre du Tronc commun). Les JE et articles visent à déposer un projet dans le cadre des AAP de l’I-Site pour le prochain quinquennal.

À la croisée des sciences politiques, de l’Histoire sociétale et sociale, des JE sont envisagées sur « Ruptures et transitions à l’aune des défis contemporains ».

 

Histoire, mémoires, pratiques culturelles (Partages sensibles)

 

La perspective est clairement transnationale et transculturelle et ce complexe se décline au sein de l’axe et en collaboration avec d’autres laboratoires (IRHiS par exemple) en histoire et mémoire de la guerre (Première Guerre mondiale, Deuxième Guerre mondiale), histoire et mémoires des dictatures (Asie, Europe), et enfin histoire et mémoire de la colonisation (Allemagne, France, Grande-Bretagne, Caraïbes et Pacifique, Russie) – avec, pour chacune de ces subdivisions, un accent mis sur les pratiques culturelles, les questions d’identité (en rapport avec la langue et la constitution de la nation par exemple). Elle intègre donc pleinement la notion d’ « espaces autres » du CECILLE, mais infléchit la recherche vers la notion de « partages sensibles ». Un séminaire transversal sur la thématique Histoire, mémoires, pratiques culturelles, a été proposé comme séminaire d’axe de 2015 à 2017 (étudiants de M2 et de l’ED SHS). Les études peuvent se situer à la croisée des sciences historiques et des sciences des médias ou des études visuelles. En 2019-2020, le séminaire proposé s’articule autour de la thématique transversale du CECILLE « les études visuelles » : « L’Histoire et ses images ».

Ceci intègre les questionnements autour de la circulation des savoirs dans les sciences dures, des savoirs institutionnels (dont militaires), des idées, des méthodes : un groupe de chercheurs envisage un symposium sur le fonds Léon Dronin, par exemple. Est envisagé également un travail de recherche autour de la cyberlangue née suite à l’entrée dans l’ère d’Internet, notamment à travers les réseaux sociaux, au croisement des sciences des médias et du langage. Les médias, les analyses de presse sont au centre des travaux de nombreux chercheurs de l’axe et le resteront.

 

Étude pratique et interdisciplinaire des religions

 

L’axe 3 « étude des religions » a choisi de s’inscrire désormais comme groupe de recherche au sein de l’axe « Pouvoirs, sociétés, cultures ». Il s’agit d’abord de souligner que l’étude des religions relève d’une approche phénoménologique et scientifique ayant recours aux outils disciplinaires de l’Histoire, de l’anthropologie, de la sociologie et de l’étude des civilisations ; et non d’approches plus ou moins théologiques. Le « groupement d’étude pratique et interdisciplinaire des religions » (GEPIR) entend poursuivre les travaux de recherches entrepris par l’axe 3 depuis mars 2016. Sa priorité est de renforcer la collaboration établie jusqu’ici avec les chercheurs d’autres laboratoires lillois (IRHiS, HALMA) et de profiter de la fusion des universités de Lille pour l’étendre à de nouveaux laboratoires et disciplines (littérature, droit, économie etc.). Les projets et objectifs sont les suivants :

Les activités de recherche (séminaire de recherche et journées d’études) doivent s’ouvrir à de nouveaux collègues en conservant leur caractère inter-laboratoires et interdisciplinaire, soit sous la forme d’un séminaire mensuel du GEPIR et de ses associés, soit sous la forme d’un nouveau partenariat avec la Maison Européenne des Sciences de l’Homme et de la Société (projet EPIRE-2019) destiné à préparer la réponse à un appel à projet plus ambitieux.

Le GEPIR est un partenaire actif du GIS national « Religions – Pratiques, textes, pouvoirs » (dont il est déjà membre du conseil scientifique), des chercheurs ont notamment participé au colloque international « Traditions » organisé par le GIS à Lyon en 2019. Il continuera à développer, en partenariat avec ses partenaires de l’Université de Lille, le carnet de recherche geprelille.hypoyhèses.org mis en ligne en mars 2018. À l’horizon du quinquennal, le GEPIR se donne enfin pour objectif d’organiser à Lille un colloque international sur l’étude des religions, dans le cadre et en collaboration avec les laboratoires participants au GIS, en particulier avec nos collègues de l’EPHE. Le thème encore en discussion, s’inscrira dans la continuité du colloque « Traditions » du GIS « Religions - Pratiques, textes, pouvoirs ».  En 2020, le Prof. Matthias Morgenstern de Tübingen sera présent pour un cycle de conférences.



Dernier ouvrage paru

 

Rêver la Chine
Sous la direction de Vanessa Alayrac-Fielding
invenit éditions - Page de l'éditeur
ISBN : 9782918698999 • mars 2017 • 288 pages

Voir l'archive de publications de l'axe (ancien site)

Chercheurs concernés

Associés

LOSTANLEN Isabelle
MALVEILLE François
MARTIN Vianney
MICHEL Laetitia
ROBERTS Graham
THAISY Laurence
TRANKVILLITSKAIA Tatiana
VAILLANT Jérôme
VEDEL BONNERY Audrey
WISBAUER Elisabeth

 

 

Doctorants