Espaces autres, partages sensibles, sociétés spectaculaires

Centre d'Études en Civilisations, Langues et Lettres Étrangères

01. Poïétique et politique

Responsable : Thomas DUTOIT

Notre travail de délimitation du littéraire à partir de son dehors se poursuivra en 2018-2023 à partir de plusieurs thématiques suivantes :

Littérature et environnements

Comment la littérature élabore-t-elle de nouvelles formes de communautés, lorsqu’elle invente de nouvelles conceptions de la citoyenneté ? Parce qu’elle interroge les lignes de partage entre sujet et objet, la littérature invente de nouvelles relations entre nature et culture lorsqu’elle met en lumière la dépendance mutuelle de l’humain et du non-humain. Nous tenterons de retracer le développement de l’écothéorie dans la littérature, afin de reconnaître la capacité de l’écriture à redéfinir les liens entre nature et société. 

Un colloque sur le thème de l’extinction et du changement climatique aura lieu à Atlanta, Georgia (E.-U.), au printemps 2019, sous l’égide notamment de l’Axe et de l’Institut des Amériques, et d’autres projets sur l’environnement seront déposés (auprès de la MESHS, de l’i-Site, par ex.).

Nous souhaitons également prendre en compte les environnements virtuels et numériques dans cette nouvelle thématique de recherche qui émerge au sein de l’axe.

Les environnements virtuels et numériques constituent également un objet d’étude de l’axe 1 : à titre d’exemple, deux projets doctoraux en cours permettent de conjuguer le « patrimoine », le “story-telling” et l’exploration immersive par la réalité virtuelle : a- jardins historiques en Grande-Bretagne des XVIIIe et XIXe siècles et « applications » sur tablettes et téléphone pour une aperception didactique et culturelle différente ; b- œuvre de William Blake et réflexion sur les connexions entre immersion au XVIIIe siècle et immersion/réalité augmentée au XXIe siècle. Ces deux projets, conjuguent la matérialité de l’objet et l’immatérialité du spectacle que sont les reconstitutions ou expériences immersives virtuelles (casque, tablette, écran TORE); ils soulèvent la question de la valence et du potentiel du virtuel dans la perception d’un corpus ou d’un site.

La culture du visuel

Un réseau thématique fédère depuis 2017 au sein de l’Axe 1 les chercheurs de CECILLE dont les recherches portent, en partie ou dans leur totalité, sur des questions liées aux Visual studies. En 2018-2023, la réflexion vise à consolider un pôle transversal en lien d’avec d’autres équipes d’accueil de l’université (IRHIS, GERIICO, CEAC, ALITHILA, HALMA) avec trois objets de réflexion : a) Visible et invisible : étude de l’image comme lieu de constructions et d’interprétations qui échappent à l’évidence; culture matérielle visuelle et culture immatérielle visuelle; l’œil et les autres sens;  b) Visuel et pouvoir : l’image comme vecteur d’une idéologie ; image officielle, image officieuse ; canon et marges c) Visuel et espace : la représentation de l’espace dans les arts graphiques, photographiques, picturaux, cinématographiques, achitectecturaux ; arts dramatique et performance ; figuration et théâtre japonais ; arts du paysage et des jardins ; la scène théâtrale grecque et son avatar sur l’écran cinématographique.

Politique de la littérature

La littérature peut-elle être considérée comme une force de résistance qui déplace lieux et signes de l’autorité, défait les hiérarchies, et élabore des contre-pouvoirs ? En quoi crée-t-elle ainsi un espace commun comme lieu de confrontation, où se font et se défont identités et rapports sociaux ? Lorsque la littérature figure nations et institutions, en quoi les reconfigure-t-elle d’un même mouvement ? Cette pensée politique, qui émerge dans et par l’écriture, façonne notre conception du bien commun grâce à un nouveau « partage du sensible » qui remet en question les frontières entre collectif et singulier, entre intemporalité et temps de l’histoire.

L’Axe 1 a organisé, en 2016-2017 et 2017-18, le séminaire d’axe mensuel « Politique de la littérature », qui se réunit autour de spécialistes, invités extérieurs et aussi internes au laboratoire. Ce séminaire de laboratoire, régulièrement suivi par plus de vingt-cinq personnes, a notamment reçu Stéfano Evangelista de l’université d’Oxford et Tina O’Toole de l’université de Limerick. Nous souhaitons poursuivre le travail initié dans le cadre de ce séminaire dans les années à venir, afin que ce rendez-vous régulier des enseignants chercheurs de l’axe 1 continue à être le lieu d’échanges et de travail conjoint qu’il a été ces deux dernières années.

Matérialisme et matérialités

Cette thématique traitera de la politique de la littérature dans sa relation à la matérialité du corps, à la sensation, et à l’esthétique au sens étymologique du terme. Des travaux de Walter Benjamin et Raymond Williams aux « nouveaux matérialismes », se dessine aujourd’hui une pensée critique sur la façon dont les auteurs reconfigurent la pensée de l’histoire par l’écriture, à travers des éléments non discursifs, tels le rythme ou la structure sonore du langage, pensée de la temporalité non encore précipitée sous la forme d’un discours historique, comme catégorie du passé.

Cette thématique donnera également lieu à une réflexion à la croisée de la littérature et de la philosophie des sciences sur la façon dont la littérature pense et représente l’envers anatomique de la sensation et sa naissance dans les replis obscurs et silencieux du corps, créant ainsi de nouvelles modalités de la sensation.

Le congrès « Romanticism and Time », qui se tiendra à l’université de Lille en novembre 2018, en partenariat avec la Société d’études du romantisme anglais (SERA), l’université de Lorraine et l’Institut Universitaire de France, visera à explorer cette thématique, mais également à renforcer les réseaux internationaux de CECILLE, avec la venue de conférenciers et de participants de Berkeley, Cambridge, Oxford, Queen Mary (University of London), Prague et Munich.

Théorie de la littérature

Avec le romantisme s’opère un nouveau partage entre les disciplines et les genres, entre philosophie et littérature, entre la littérature et les autres arts ; se pose du même coup la question de leurs frontières et de leur hybridité. Si le romantisme contribue à faire de la littérature l’un des objets de la philosophie, qui la pose et la pense comme son autre, elle s’imagine, en retour, comme le lieu d’une expérience de pensée rivale qui viendrait, depuis le dehors de la philosophie, prendre sa relève. Parmi les éléments structurants à moyen terme, on comptera par exemple la revue K., entre littérature et philosophie (autour des positions de Rancière, et d’Agamben) dirigée par Luca Salza en association avec l'Université de Messine (département de philosophie).

Réécriture, transfert, adaptation

L’axe 1 étudiera la façon dont la littérature a trait à la non-appartenance mais aussi à la multi-appartenance : elle est intrinsèquement interculturelle car elle est non-étatique (contraire à l'être, au stasis), mais cosmopolite (Spivak, Hall, Glissant). Dans la continuité de nos travaux sur les transferts culturels dans un espace mondialisé, nos travaux se structureront par exemple autour de la revue La Vague culturelle, co-dirigée par C. Cederna, revue franco-marocaine défendant les valeurs de laïcité et de liberté d'expression.


Programmes précédents

Programme 2008-2013 (pdf)

Programme 2014-2019 (pdf)

01. Poïétique et politique


Dernier ouvrage paru

 

Esilio di voci / Voix d'exil
Poésie bilingue de Camilla Maria CEDERNA
ATí Editore – page de l’éditeur
ISBN : 978-88-89456-82-8 • décembre 2016 • 146 pages

Voir l'archive de publications de l'axe (ancien site)

Chercheurs concernés