Tra storia e finzione. L’arabica impostura dal Settecento a Leonardo Sciascia / Camilla Cederna

Parutions

Traduction de Luca Bondioli et Monica Mele, préface de Antonio Di Grado, Medinova, Favara, 2020.

(Titre original: Imposture littéraire et stratégies politiques: Le Conseil d’Égypte des Lumières siciliennes à Leonardo Sciascia, Champion, Paris, 1999)

Héritière exemplaire de l’herméneutique protéiforme et complexe de l’écrivain sicilien, Camilla Maria Cederna nous propose un livre qui, en conjuguant l’historiographie civile et littéraire, la recherche dans les archives et l’enquête philosophique et existentielle, représente le reportage le plus riche et documenté actuellement disponible sur l’« imposture arabique », ses implications, ses protagonistes et ses suites historiques. Elle nous offre aussi un précieux chapitre de critique sciascienne, en convoquant l’écrivain dans la dernière section du livre, tel le deus ex machina de la tragédie ancienne, pour qu’il puisse nous éclairer et recomposer les vides et les contradictions de ce rebus historiographique et philologique. Mais encore, par-delà l’affaire Vella et l’affaire Sciascia, ce livre si complexe et stratifié nous propose une réflexion historico-philosophique sur le thème de l’imposture, jusqu’à rendre l’affaire Vella un paradigme de ce contexte enchevêtré « de coopération et d’intérêts dont dépendent les notions de vérité et vraisemblance » tout comme l’existence d’un système qui « rend possible à la fois l’imposture et son dévoilement finale ». Ainsi « l’imposture peut être transformée dans son contraire et devenir vérité, c’est-à-dire discours critique et parodique de la falsification de l’histoire ». Pour proposer enfin cette courageuse conjecture : « Ne pourrions-nous donc pas conclure que sans l’imposture de l’abbé Vella, on n’aurait probablement pas assisté à un tel développement de la réflexion sur le droit public sicilien, ni à la promotion des études orientales ?» (de la préface de Antonio Di Grado).