Espaces autres, partages sensibles, sociétés spectaculaires

Centre d'Études en Civilisations, Langues et Lettres Étrangères

Aire Méditerranée et Proche-Orient

Responsables : Jean-Philippe BAREIL

Dans l’optique du prochain quinquennal, l’axe Méditerranée élabore différents projets en cohérence avec sa spécificité, le profil de ses membres et le cadre choisi par CECILLE – à savoir « Espaces autres, partages sensibles, sociétés spectaculaires ».

La notion d’espaces autres renvoie à une réflexion sur l’altérité que l’axe a déjà fait sienne, tout comme la notion de partages sensibles – envisagée dans une perspective strictement politique – est la plus à même de rendre compte de la situation d’un Proche-Orient déchiré (sur lequel travaillent plusieurs chercheurs de l’axe, hébraïsants ou arabisants) ou de celle de la Mer Méditerranée, lieu de rencontres fécondes autant que de migrations dramatiques. C’est dans cette double logique que s’est inscrit le colloque « France/Israël – lectures croisées », organisé dans le cadre de l’année culturelle France/Israël 2018 : il a réuni des auteurs, traducteurs et chercheurs français et israéliens dans des manifestations qui se sont tenues dans trois universités françaises et s’est notamment articulé autour des problèmes de traduction et de contact des langues. Dans cette même logique, sont prévus un colloque sur les littératures israéliennes non-hébraïques pour octobre 2020 (projet commun entre l’université de Lille et Paris 3), une journée d'étude sur alimentation, culture et hybridité (avril 2020) et une journée d’étude sur l’alimentation et la traduction (novembre 2020).

En référence avec les notions d’espaces autres et de partages sensibles est en outre prévue la publication des actes du colloque « Langues, littératures et cultures d’exil » (en collaboration avec l’Université Paris 3), au cours duquel les participants ont démontré à quel point l’exil, au-delà d’une expérience personnelle traumatisante, est aussi vecteur de création littéraire et d’interrogation sur la ou les langue(s) dans le cadre d’une (re)construction identitaire.

Dans le cadre des sociétés spectaculaires est envisagée la publication des communications présentées lors de la journée d’étude consacrée à la « Mostra augustea della romanità (1937-1938) », véritable mise en scène d’une romanité instrumentalisée par le pouvoir fasciste autant que réflexion sur l’élaboration d’une culture de masse dans un contexte totalitaire.

Plusieurs projets sont par ailleurs en cours avec le Maroc, notamment le travail de recherche et d'édition de l’œuvre d'Elisa Chimenti (LAI, laboratoire associé international), ainsi qu'avec la revue marocaine internationale laïque La Vague culturelle. L’axe Méditerranée a en outre mis en place un séminaire régulier, où interviennent des chercheurs ou des enseignants dans toutes les langues représentées par l’axe dans des communications destinées aux étudiants de Master ou de Doctorat. Les prochaines séances du séminaire permettront à  Keren Mock de présenter son ouvrage, L’hébreu, du sacré au maternel, de même que Mourad Yelles (INALCO) proposera une intervention autour du thème de l’oralité et de l’écriture dans le texte maghrébin (février 2020).

Dans l’optique du prochain quinquennal, l’axe Méditerranée élabore différents projets en cohérence avec sa spécificité, le profil de ses membres et le cadre choisi par CECILLE – à savoir « Espaces autres, partages sensibles, sociétés spectaculaires ».

La notion d’espaces autres renvoie à une réflexion sur l’altérité que l’axe a déjà fait sienne, tout comme la notion de partages sensibles – envisagée dans une perspective strictement politique – est la plus à même de rendre compte de la situation d’un Proche-Orient déchiré (sur lequel travaillent plusieurs chercheurs de l’axe, hébraïsants ou arabisants) ou de celle de la Mer Méditerranée, lieu de rencontres fécondes autant que de migrations dramatiques. C’est dans cette double logique que s’est inscrit le colloque « France/Israël – lectures croisées », organisé dans le cadre de l’année culturelle France/Israël 2018 : il a réuni des auteurs, traducteurs et chercheurs français et israéliens dans des manifestations qui se sont tenues dans trois universités françaises et s’est notamment articulé autour des problèmes de traduction et de contact des langues. Dans cette même logique, sont prévus un colloque sur les littératures israéliennes non-hébraïques pour octobre 2020 (projet commun entre l’université de Lille et Paris 3), une journée d'étude sur alimentation, culture et hybridité (avril 2020) et une journée d’étude sur l’alimentation et la traduction (novembre 2020).

En référence avec les notions d’espaces autres et de partages sensibles est en outre prévue la publication des actes du colloque « Langues, littératures et cultures d’exil » (en collaboration avec l’Université Paris 3), au cours duquel les participants ont démontré à quel point l’exil, au-delà d’une expérience personnelle traumatisante, est aussi vecteur de création littéraire et d’interrogation sur la ou les langue(s) dans le cadre d’une (re)construction identitaire.

Dans le cadre des sociétés spectaculaires est envisagée la publication des communications présentées lors de la journée d’étude consacrée à la « Mostra augustea della romanità (1937-1938) », véritable mise en scène d’une romanité instrumentalisée par le pouvoir fasciste autant que réflexion sur l’élaboration d’une culture de masse dans un contexte totalitaire.

Plusieurs projets sont par ailleurs en cours avec le Maroc, notamment le travail de recherche et d'édition de l’œuvre d'Elisa Chimenti (LAI, laboratoire associé international), ainsi qu'avec la revue marocaine internationale laïque La Vague culturelle. L’axe Méditerranée a en outre mis en place un séminaire régulier, où interviennent des chercheurs ou des enseignants dans toutes les langues représentées par l’axe dans des communications destinées aux étudiants de Master ou de Doctorat. Les prochaines séances du séminaire permettront à  Keren Mock de présenter son ouvrage, L’hébreu, du sacré au maternel, de même que Mourad Yelles (INALCO) proposera une intervention autour du thème de l’oralité et de l’écriture dans le texte maghrébin (février 2020).


Programmes précédents


Partenaires

Universités et institutions partenaires :

  • Un projet de convention avec l’université de Haïfa permettra une collaboration scientifique régulière, avec échange d’enseignants et de doctorants.
  • L’université de Paris 8, avec qui une collaboration existe déjà dans le cadre des séminaires de master.
  • Le CEJH (Centre d’Etudes Juives et Hébraïques) de l’INALCO avec qui un colloque a été organisé en mai dernier sur la littérature israélienne contemporaine.
  • Le réseau RAMSES (Réseau d’excellence des centres de recherche en sciences humaines sur la Méditerranée) et des chercheurs des universités de Séville, Aristote de Thessalonique et Athènes.

Dernier ouvrage paru

 

Les espaces sexués
Sous la direction de Christophe BATSCH et Françoise SAQUER-SABIN
Lit Verlag - Page de l'éditeur
ISBN : 978-3-643-90757-8 • 2017

Voir l'archive de publications de l'axe (ancien site)

Réunion

Une réunion de rentrée est organisée le mercredi 25 septembre 2019 à 17 heures en salle B0. 619

Chercheurs concernés

Associés

BAR-MAYMON Meïr
BEN-DOR-DERIMIAN Ilanit
CORNEZ Elodie
DAHMANI Bachir
DEI CAS Norah
DELMAIRE Danielle
EOUZAN Fanny
FARDJAOUI Boualem
FESTAL Solange
MAKHLOUFI Amal
MARTIN Vianney
PERDICHIZZI Vincenza
PERSYN Emmanuel

 

 

Doctorants